Retour
Portraits

Portrait d’Eliot Buquet, Référent Technique – chez We’ll

Scroll pour découvrir

Pourquoi et comment ce métier ?

J’ai toujours aimé la musique, j’ai commencé à jouer de la batterie à l’âge de 10 ans. J’ai donc essayé de me rapprocher le plus de la musique en devenant ingénieur son. La vidéo, je l’ai apprise sur le terrain.  

Quel est ton rôle chez We’ll ?

Je suis référent technique pour le groupe We’ll et son média Widoobiz, c’est-à-dire que je gère l’ensemble des projets qui touchent à la vidéo. Mon rôle consiste à faire des tournages, à assurer la réalisation en direct, à cadrer ou encore à réaliser des montages et des prises de vue. En tant que référent technique, je me dois de surveiller constamment le média, notamment, lorsque Widoobiz intervient lors d’événements tels que Viva Technology ou le Salon Des Entrepreneurs.

Ton parcours ?

J’ai étudié le son tout au long de mon parcours étudiant. J’ai commencé par un BTS audiovisuel. L’un des stages effectués dans ce cadre m’a particulièrement donné envie de faire de la création. J’accompagnais un ingénieur son dans la création d’une pièce de théâtre. Je collaborais étroitement avec le metteur en scène sur la lumière et le son en fonction des scènes. Je préparais des séquences avec les sons pour que le futur ingénieur son puisse reprendre le projet.


"J’ai valorisé cette appétence en faisant une formation « d’electronic music producer » en alternance avec Widoobiz. Cela m’a permis de créer de la musique, des morceaux, des effets et de faire des jingles."

Qu’est ce qui te plait dans ton métier ?

Aucune de mes journées ne se ressemble, je vois l’ensemble des projets. Je peux monter, assembler etc. Prendre part à un projet tel que le Rallye des Gazelles était très intéressant car j’ai coréalisé ce film du début à la fin et j’ai pu exprimer ma part de créativité. C’est une forme de liberté que je trouve importante et qui permet de rendre des projets aboutis. Bien sûr, il existe des deadlines à respecter, mais ce que j’aime chez We’ll, c’est d’avoir mon espace, mon périmètre, être autonome sur des projets.

https://www.youtube.com/watch?v=Kjbc-zrPRX8

Peux-tu nous en dire plus sur le Rallye des Gazelles ?

Il s’agissait d’un projet client sur la base d’une vidéo de 5-6 minutes retraçant la participation de deux de leurs collaboratrices au Rallye des Gazelles. Cette vidéo par la suite devait être diffusée auprès des collaborateurs du client.

Nous sommes allés à la rencontre des participantes afin de les interviewer à plusieurs reprises. Nous avons imaginé une manière de pouvoir suivre leur parcours sans avoir à nous rendre au Maroc avec elles.

Lorsque nous tournions avec les participantes, nous avons essayé de créer une dynamique d’équipe. Ce lien se ressent dans le film. C’était un projet vraiment très intéressant car l’humain y a pris une grande place, ce qui a donné un bon résultat. Cela a été notre premier documentaire d’une durée de 15mn. Chaque année, il y a au moins un ou deux projets qui sortent du lot.

Prêtons-nous au jeu du portrait chinois :

Si tu étais une musique ?

Je serais High Hopes de Pink Floyd parce qu’en fonction de l’état d’esprit dans lequel on se trouve, elle a la capacité de rendre aussi heureux que triste. Elle porte en elle autant de mélancolie que d’euphorie.

Si tu étais un réalisateur ?

Quentin Tarantino, parce qu’il a un rapport très fort avec la musique. Il trouve toujours les bonnes playlists. Les musiques des bandes originales de Pulp Fiction ou Django, par exemple, sont devenues cultes.


"Je l’apprécie beaucoup parce qu’il fait vraiment ce lien avec la musique qui rend le film encore plus beau. "

En tant qu’ingénieur son, je ne peux pas dissocier la musique du film.

Profil Linkedin d'Eliot