Retour
Portraits

Portrait de Hugo Bancarel, Consultant chez We’ll

Scroll pour découvrir


"Ce que j’aime par-dessus tout, c’est rentrer dans la vie d’autres entreprises, comprendre leur fonctionnement et ne jamais réaliser exactement les mêmes missions."

Que fais-tu chez We’ll ?

J’interviens principalement et ce depuis un an, sur trois types de sujets : du coaching lors d’une mission d’intelligence collective, la conception d’épisodes pédagogiques en ligne sur le thème de l’entrepreneuriat (MOOC), ainsi que du conseil en communication et en événementiel.

En matière de coaching, j’accompagne actuellement un leader de l’énergie dans sa volonté de réunir et d’embarquer, étape par étape, l’ensemble de ses collaborateurs autour d’un même projet et plus particulièrement autour de ses chantiers prioritaires.

Dans le cadre de cette mission d’intelligence collective, nous utilisons la méthodologie de Vincent Lenhardt. Cette dernière permet d’élargir le "champ d'expression des idées" à tous les niveaux et à tous les métiers de l'entreprise. Ce type de projet génère des mutations comportementales et culturelles au sein de l’organisation et s’avère très excitant car plus le projet avance plus ces mutations sont flagrantes et intéressantes à analyser.

Concernant la production du MOOC, je suis sur le point d’en terminer la rédaction. L’objectif étant d’informer les apprenants et les adhérents d’une compagnie d’assurance chômage sur les différentes étapes que peuvent connaître une PME et une ETI sur le chemin de la croissance. Autrement dit, il s’agit de donner des conseils afin de faciliter le passage d’une start-up vers une entreprise intermédiaire, que ce soit du point de vue du dirigeant, de son équipe, de ses pratiques ou des étapes de financement, du développement à l’international et enfin des étapes pour éviter ou limiter la fameuse crise de croissance. Cette série se compose de 5 épisodes dans lesquels des experts interviendront. L’idée est de ne pas perdre l’internaute dans un format trop long. Il est primordial de trouver un format vidéo à la fois humoristique et pertinent en termes de contenu. Mener à bien ce projet nécessite par exemple de trouver un beau lieu de tournage ou de travailler sur des animations qui sortent du cadre lors du montage de l’épisode.

Dans le cadre de nos missions d’événementiel, je participe à l’organisation de conférences et de séminaires d’un leader du secteur bancaire. Je le conseille en termes de création artistique, logistique, d’éditorial, de scénographie et d’organisation technique.

Une vie avant We’ll ?

En quelques mots, je suis diplômé d’un Master Entrepreneuriat de l’EM Strasbourg et d’un Master of art en Business de l’Université de Stirling en Ecosse. Après mes études, j’ai travaillé chez Compass en tant que Contrôleur de Gestion. J’assistais les chefs de secteur dans la gestion des restaurants de la région d’Alsace, notamment la gestion opérationnelle et financière. J’ai travaillé, toujours avec Compass, pour le département « sports et loisirs » en Ile de France pour des évènements à Rolland Garros et au Stade de France. Et enfin, j’ai passé une petite période en tant que Contrôleur de Gestion chez Computer Science Corporation.


"En 2012, j’ai décidé de sortir des sentiers battus et déménagé en Colombie afin de parler l’espagnol et découvrir l’Amérique Latine. Pendant cette immersion, j’ai eu plusieurs expériences professionnelles."

J’ai expérimenté l’enseignement, l’entrepreneuriat et le service public colombien. Je ressens une grande fierté du fait d’avoir piloté trois projets. Le premier consistait à produire une série de spectacles vivants sur des thèmes de sécurité routière dans les rues de Bogota en partenariat avec la mairie afin de diminuer le nombre d’accidents. J’ai également produit un spectacle de marionnette sur la condition de la femme pendant le conflit armé colombien, avec mon père comme metteur en scène.

Le troisième projet que j’ai piloté pendant deux ans s’appelle « Parques para todos » qui signifie « des parcs pour tous ». J’agissais en qualité de consultant pour la direction générale de l’Institut des Arts de Bogota. Ce projet permet encore aujourd’hui aux personnes démunies et vivant près des parcs abandonnés de participer à des activités culturelles. Le projet favorise le développement personnel et initie ces habitants de Bogota à des formations artistiques professionnalisantes, ce qui, à terme, peut les embarquer vers un beau projet professionnel.

Pourquoi We’ll ?

Lorsque je suis revenu en France en février 2018, je recherchais un poste de consultant en communication. Je rejoins alors We’ll, où en tant que consultant j’accumule de l’expérience en peu de temps. Je grandis continuellement auprès de collaborateurs expérimentés et je travaille auprès de clients exigeants. Ce métier nécessite de savoir collaborer avec tous types de profils et de ne jamais hésiter à solliciter les compétences des collaborateurs venant d’autres pôles. Ce que j’aime par-dessus tout, c’est rentrer dans la vie d’autres entreprises, comprendre leur fonctionnement et ne jamais réaliser exactement les mêmes missions.

Prêtons-nous au jeu du portrait chinois :

Si tu étais un livre ?

Je serais « Le joueur d’échecs » de Stéphane Zweig. Il raconte l’histoire d’un homme retenu prisonnier par les nazis pendant l’occupation allemande de l’Autriche. Pour sortir de l’isolement, il dérobe un manuel d’échecs, qu’il relit tant de fois qu’il le mémorise entièrement. Une fois libéré, il décide de s’exiler et embarque sur un bateau. A bord, il affronte pour la première fois un adversaire, contre qui il finira par gagner. Je trouve ce livre extraordinaire d’une part parce que je suis grand amateur d’échecs, d’autre part, parce que le personnage principal ravive sa mémoire et des souvenirs atroces pour les transformer en expérience positive. La morale de cette histoire est que parfois nous devenons experts malgré nous.

Si tu étais un film ?

Si j’étais un film, je serais « El abrazo de la serpiente », (L’étreinte du serpent) de Ciro Guerra. Il s’agit du récit introspectif de Théodore, ethnologue qui découvre l’Amazonie en navigant sur sa barque pour recenser la faune et la flore et se retrouver. Il découvre le Yakruna, une plante sacrée très puissante, possédant la vertu d'apprendre à rêver. Si nous voulons donner du sens à notre vie, je pense qu’il faut voyager et apprendre à rêver. Enfin pas trop quand même (rires).

Profil LinkedIn de Hugo Bancarel